fbpx

Faire appel à une coach, demande de la confiance : je vous en dis plus sur moi

J’ai 33 ans, j’habite au sud de Paris dans une petite ville coincée entre la Seine et la forêt.
J’ai deux enfants : un garçon de 6 ans et une fille de 3 ans.

Après des études de droit et une dizaine d’années d’exercice, j’ai décidé de vivre mon rêve : changer de vie et faire un métier qui me passionne, qui me fait vibrer, qui a du sens.

Je suis donc devenue coach parental certifiée.

Connaître ses valeurs est indispensable.
Voici trois de mes valeurs incontournables en tant que
coach familial

Famille

Tout ce que je fais, je le fais pour ma famille. Tout ! De près ou de loin (y compris lorsque je prends du temps pour moi, sans eux). Tout ce que je fais doit servir ma famille.

Lorsque je vois des familles qui ne semblent pas épanouies, cela m’est quasiment insoutenable ! Je me dis que si ces parents savaient deux ou trois petites choses, cette famille irait
tellement mieux !

Bienveillance

Je suis convaincue que si nous regardions le monde et les personnes qui nous entourent avec bienveillance, le monde serait plus apaisé.
Je me rappelle toujours que ma vision n’est pas la seule qui compte.
Ma vision n’est pas forcément la bonne. Elle ne prend en compte que mon regard et mes connaissances sur la situation.
Et c’est pareil pour tout le monde !

Liberté

J’ai soif de liberté. Liberté de penser, d’imaginer, de croire, d’essayer, de rater, de recommencer, de m’excuser, de découvrir, d’apprendre, de vivre, de voyager, de m’isoler, de ressentir…
Grâce à cette liberté, que je me suis accordée il y a peu, je trace mon propre chemin, sans tenir compte des avis des autres.
Je tiens à ce que chacun ait cette même liberté.

Avant de devenir coach parental certifiée…

J’ai été juriste d’entreprise pendant une dizaine d’années. J’ai arrêté ce métier parce qu’il ne me plaisait plus mais j’y ai acquis des compétences solides en communication, en synthèse et en analyse. Et surtout, la confidentialité est entrée dans mon ADN !

Pourquoi avoir opéré une reconversion professionnelle à 180 degrés ?
J’ai toujours voulu aider les autres. Je pensais que le droit était la bonne voie pour « aider la veuve et l’orphelin », pour aider les personnes qui en avaient besoin. Or, j’ai finalement exercé un métier dans lequel je ne retrouvais pas du tout cela. J’écrivais, je négociais, j’analysais des contrats toute la journée. C’était bien loin de mon but initial. Je n’aidais personne ! Je dépensais une énergie folle pour quelque chose qui n’avait aucun sens pour moi !

En décembre 2021, je suis passée très proche du burn out professionnel. J’ai alors pris la décision d’arrêter. Ce travail ne me rendait plus heureuse depuis longtemps et cela avait des conséquences sur ma famille, sur mes enfants. C’était insupportable pour moi.

J’ai décidé de changer de voie car, quitte à changer de travail, autant changer pour quelque chose qui me faisait vibrer, qui m’animait, qui me correspondait. Même si cela signifiait démissionner d’un emploi stable et se lancer dans l’inconnu de l’entrepreneuriat !

Pourquoi obtenir une certification de coach professionnelle ?

J’ai été juriste d’entreprise pendant une dizaine d’années. J’ai arrêté ce métier parce qu’il ne me plaisait plus mais j’y ai acquis des compétences solides en communication, en synthèse et en analyse. Et surtout, la confidentialité est entrée dans mon ADN !

Pourquoi avoir opéré une reconversion professionnelle à 180 degrés ?
J’ai toujours voulu aider les autres. Je pensais que le droit était la bonne voie pour « aider la veuve et l’orphelin », pour aider les personnes qui en avaient besoin. Or, j’ai finalement exercé un métier dans lequel je ne retrouvais pas du tout cela. J’écrivais, je négociais, j’analysais des contrats toute la journée. C’était bien loin de mon but initial. Je n’aidais personne ! Je dépensais une énergie folle pour quelque chose qui n’avait aucun sens pour moi !

En décembre 2021, je suis passée très proche du burn out professionnel. J’ai alors pris la décision d’arrêter. Ce travail ne me rendait plus heureuse depuis longtemps et cela avait des conséquences sur ma famille, sur mes enfants. C’était insupportable pour moi.

J’ai décidé de changer de voie car, quitte à changer de travail, autant changer pour quelque chose qui me faisait vibrer, qui m’animait, qui me correspondait. Même si cela signifiait démissionner d’un emploi stable et se lancer dans l’inconnu de l’entrepreneuriat !

Pour savoir si, VRAIMENT, vous pouvez me faire confiance

  1. Je lis des Vie De Merde tous les jours. Ça m’amuse… Certains disent que c’est faux mais j’y crois. Je pense qu’il y a tellement de choses extraordinaires qui peuvent arriver dans une vie. Pourquoi pas celles-là ?
  2. Je suis fan des Spice Girls mais du genre FAAAAAAAN. Mon rêve s’est réalisé lorsque je suis allée les voir en concert à Wembley en juin 2019 !
  3. Je suis aussi très fan de Kaamelott. Je connais les épisodes par coeur et j’ai déjà vu le film six fois. Je peux sortir des répliques à chaque occasion.
  4. Je me suis découvert un réel intérêt pour le jardinage. J’aime travailler la terre, ça me vide la tête. J’adore les fleurs mais elles ne me le rendent pas bien car elles ont souvent tendance à faner rapidement…
  5. J’écris un roman de fantasy. C’est le premier texte imaginaire que j’écris et j’adore donner vie à mes personnages dans le monde imaginaire que je construis.

Ce que je fais quand je ne coache pas ou quand je n’enregistre pas des podcasts

Je suis toujours avec un livre à la main. Je lis beaucoup de Fantasy et de fantastique. C’est ma façon de m’échapper. Je n’arrive pas à m’endormir si je n’ai pas fait un petit tour dans un monde imaginaire.

Je fais du tennis depuis que j’ai 17 ans. J’ai dû arrêter à la naissance de mon fils mais j’ai repris les entraînements en septembre 2021 ! C’est mon bonheur hebdomadaire. J’adore jouer au tennis (même si les conditions climatiques ne sont pas compatibles avec la grande frileuse que je suis). J’ai même repris la compétition !

Je pratique aussi le Viet Vo Dao. C’est un art martial vietnamien. Je ne fais pas de combat (j’ai trop peur de me prendre un coup !). Je ne fais que les Quyens, ce sont des enchaînements de gestes. C’est esthétique et martial à la fois.

Vous connaissez maintenant mes valeurs, mon parcours, la qualité de ma formation, ce qui m’anime et des choses quasiment inavouables…
Si vous recherchez une personne de confiance pour vous aider, prenons un temps d’échange ensemble.