fbpx

Episode 26 – L’échec

Qu’est-ce qu’un échec ?

Ah l’échec ! Nous le redoutons tellement. Et quand il s’abat sur nous, c’est la catastrophe. C’est comme si notre être était vicié. Nous avons honte, nous ne savons plus où nous mettre. On voudrait se cacher dans un trou de souris. 

Tout le monde va le savoir en plus ! Et ça va nous coller à la peau pendant un certain temps. Ça va nous suivre, comme une espèce de grisaille qui nous englobe. 

L’échec n’est pas acceptable dans notre société. L’échec, c’est la mort sociale. Nous allons être rejetés du groupe. L’être humain étant un être social par définition, c’est terrible pour nous ! 

Et nous transmettons cela à nos enfants. De façon inconsciente bien souvent puisque tout ce que je viens de dire est également inconscient. Votre enfant revient de l’école avec une mauvaise note, c’est la catastrophe. Ou, votre enfant a perdu son match de tennis et ni lui, ni vous n’arrivez à vous en remettre. 

Je suis un peu dramatique là. L’échec peut ne pas être une catastrophe mais, sans être une catastrophe, c’est quand même vécu comme quelque chose de négatif. 

On veut à tout prix éviter l’échec. Alors, on va produire plus d’effort, que ce soit dans la scolarité ou les études, au travail, dans une tâche précise que l’on veut accomplir, par exemple, si on bricole, ou, on va s’entraîner plus, si on est dans le domaine sportif, ou on va essayer de réparer une relation abimée. 

Et pendant tout cela, on ne va surtout pas abandonner parce que l’abandon est synonyme d’échec. Si on abandonne, ça veut dire qu’on a échoué. 

Donc on va s’acharner

On va s’acharner à étudier alors qu’on n’y arrive pas, que c’est trop difficile pour nous et qu’on n’a pas les résultats attendus. 

On va s’acharner au travail, ne comptant pas nos heures alors que c’est un travail qui ne nous plait pas, ne nous motive pas, ne nous apporte rien de bénéfique si ce n’est le salaire à la fin du mois. 

On va s’acharner à réparer ce robinet sans faire appel à un plombier parce que, quand-même, ça ne doit pas être bien compliqué. Si je suis capable de faire telle et telle chose, je devrais bien être capable de changer un robinet ! 

On va s’acharner à courir plus vite, plus longtemps alors que c’est dur, qu’on est au bout de sa vie à chaque fois, et qu’on n’aime pas ça. 

On va s’acharner à rester avec son conjoint ou sa conjointe parce qu’on a supporté jusqu’à présent, on peut bien continuer, parce qu’on s’attache à son rêve de couple épanoui et harmonieux, parce qu’après tant d’années ensemble, est-ce qu’on ne peut pas continuer sur sa lancée ? 

Tout cela, je le dis pour vous, adulte, parce que c’est ce que je pense que vous faites. Ça dépend bien sûr des domaines, des facilités ou des difficultés de chacun mais je pense que d’une façon ou d’une autre, vous vous retrouvez dans ces exemples ou dans l’un de ces exemples. 

Donc, c’est ce que vous faites et ce que vous montrez à vos enfants. Vos enfants adorent l’exemple que vous leur donnez. Vous vous rappelez, à cause des neurones miroirs dont je vous parle dans l’épisode 22

Si vous leur donnez cet exemple, ils vont le reproduire. 

Alors je ne dis pas qu’il faut, si je reprends l’exemple du robinet à changer, prendre une clé à molette. Oups, le robinet ne se dévisse pas. Hop, on arrête. Je ne suis pas en train de dire qu’il faut arrêter d’essayer au premier essai. 

Ce que je veux dire c’est que, entre abandonner tout de suite et s’acharner au point de ressentir des émotions négatives extrêmes, voire de s’autodétruire, il y a une autre voie. 

Et c’est celle que je veux vous offrir aujourd’hui. 

Une autre façon de concevoir l’échec

Si, au lieu de vous dire que vous avez échoué, vous vous disiez que vous arrêtez d’essayer. Vous n’avez pas échoué, vous avez arrêté d’essayer. 

Ne serait-ce pas formidable de vivre dans un monde dans lequel vous essayez et vous avez pris la décision, ou on a pris la décision pour vous, d’arrêter d’essayer ? Ça marche avec tout ! 

Dans la scolarité : vous avez une mauvaise note, vous n’avez pas réussi ce contrôle, mais vous pouvez réessayer au prochain contrôle. Justement, les erreurs sont formidables car elles nous permettent d’apprendre ! Saisissons cette chance d’apprendre, cette opportunité. 

Vous avez passé un concours, à chaque fois, vous n’êtes pas arrivé.e parmi les meilleur.e.s, dans le nombre de personnes qui pouvaient être reçues et vous ne pouvez plus passer ce concours car le nombre de participations était limitée. Donc, vous ne pourrez plus jamais avoir la chance de décrocher ce concours. Vous avez échoué ? Non ! Vous avez arrêté d’essayer parce qu’on vous empêche d’essayer encore. 

Vous avez fait des études pour faire un travail que vous faites mais avec lequel vous vous battez tous les jours. Vous ne l’aimez pas, il ne vous apporte aucune satisfaction une fois que vous l’avez fait. Oui, mais vous avez fait des études pour le faire. Donc vous le faites. Ça fait des années que vous travaillez pour faire ce métier alors maintenant que vous l’avez, vous le gardez ! Vous ne pensez même pas à en changer car changer de métier, ce serait avouer que vous vous êtes trompé.e depuis des années sur ce qui faisait vibrer votre âme. Vous aurez échoué à vous épanouir dans votre vie professionnelle. Echoué ? Ou alors vous avez envie d’arrêter d’essayer de vous épanouir dans ce métier-là pour aller essayer ailleurs ? 

Vous avez un robinet qui fuit et vous essayez de le changer. Vous avez regardé des tutos sur YouTube, vous avez recueilli les conseils de votre pote bricoleur, vous avez bien tout regardé, c’est sûr, ce n’est pas compliqué. Oui mais voilà, vous n’y arrivez pas. Vous essayez encore parce que vous êtes sûr.e que vous allez y arriver. Peut-être que vous avez l’impression que ce n’est vraiment pas compliqué et que si vous avez pu obtenir un diplôme de linguiste, vous avez les capacités intellectuelles pour le faire. Oui mais voilà, vous n’y arrivez pas. Le boulon ne se dévisse pas. Le joint ne se met pas bien. Il y a de l’eau qui fuit. Excédé.e, vous vous résignez et vous appelez un plombier, ou votre pote balèse en bricolage. Vous avez échoué à changer le robinet ? Non ! Vous avez arrêté d’essayer et vous avez en plus reconnu l’expertise d’autres personnes. 

Et enfin, dernier exemple, vous êtes dans une relation avec votre conjoint.e qui ne fonctionne plus. Vous ne vous retrouvez plus dans cette relation, vous avez l’impression que votre conjoint.e est devenu.e un poids qui vous empêche de déployer vos ailes. Vous avez l’impression que vous n’êtes plus que colocataires. Vous ne partagez plus rien si ce n’est les soucis du quotidien. D’ailleurs, vous ne vous parlez plus que pour ça. Vous avez perdu la connexion que vous aviez pourtant à un moment. Oui, mais on n’est pas arrivé là, on n’a pas vécu tout ça, pour tout arrêter du jour au lendemain. Donc, vous essayez. Vous essayez de rallumer la flamme qui est pourtant éteinte depuis longtemps. Et se faisant, vous vous éteignez à petit feu. Vous êtes mal dans votre peau. Vous ressentez un mal-être qui vous grignote progressivement. Vous devenez l’ombre de vous-même, aigri.e, impatient.e… Vos proches, à commencer par vos enfants, le ressentent. La seule solution est de se séparer ou de divorcer. Mais vous n’arrivez pas à vous y résoudre car vous aurez échoué à avoir une vie de famille, une relation de couple que vous rêviez tou.te.s les deux épanouie et harmonieuse. D’autant que le temps joue contre vous. Selon votre âge, vous n’aurez peut-être plus jamais de famille à créer avec quelqu’un d’autre. Il en va de même si c’est votre conjoint.e qui décide de mettre fin à la relation. Vous avez échoué. Est-ce que vous avez échoué ? Non ! Vous avez arrêté d’essayer ou on vous a empêché de continuer à essayer. 

Certains considèrent que l’abandon est aussi négatif que l’échec, voire pire. Si ces termes ont une connotation négative à vos oreilles, décidez d’arrêter d’essayer. Je crois d’ailleurs qu’il est beaucoup plus sage et mature de se dire : j’ai essayé. J’ai parfois essayé pendant des années. Ça ne me convient pas. Ça ne fonctionne pas pour moi. Je passe mon chemin, j’arrête d’essayer. Et je vais essayer autre chose. En plus, maintenant, je suis plus fort.e car je sais que telle chose ne me convient pas, ne fonctionne pas pour moi. Fort.e de mon expérience, je vais avoir la force d’essayer autre chose, d’aller ailleurs.

Si vous regardez vos expériences et vos échecs passés ou futurs sous ce nouvel angle, je parie qu’un poids s’envole de vos épaules. Vous vous sentez libéré.e, moins accablé.e, prêt.e à repartir de l’avant, plus haut et plus loin. 

Apprendre l’échec aux enfants

Enseignez cela à vos enfants. Enseignez-leur que les erreurs sont de bonnes choses car elles nous permettent d’en tirer des leçons, de faire différemment, de faire mieux. 

Enseignez-leur que vous arrêtez d’essayer quand quelque chose ne vous convient pas. 

Et enseignez-leur d’aller voir ailleurs, de tenter de nouvelles expériences, de nouvelles choses. 

Enseignez-leur de rebondir toujours au lieu de rester embourbé. 

Enseignez-leur que l’échec n’existe pas et que toutes les émotions négatives que l’on peut ressentir face à cet échec n’existent pas. Pas de honte, pas d’accablement, pas de colère. 

Non, rien de tout ça. Car ils n’ont pas échoué : ils ont pris la décision d’arrêter d’essayer ou on l’a prise pour eux.  

crier sur ses enfants

Les cris emplissent la maison et provoquent une mauvaise ambiance ? 

Ce n’est pas une fatalité !

Les règles pour arrêter de crier, picto avec un adulte qui crie sur un enfant

En suivant les 5 règles que j’ai regroupées dans ce guide gratuit, votre famille va retrouver calme et sérénité avec facilité.