fbpx

Episode 16 – les écrans

Faut-il laisser son enfant devant un écran ou l’interdire complètement ? Quelle est la dose journalière à ne pas dépasser ? Est-ce qu’il y en a une ? 

Alors, avant de rentrer dans le vif du sujet, je voudrais préciser ce que j’entends par « écran » pour la suite de l’épisode. « Ecran » désigne les écrans de télévision, que ce soit pour regarder la télé, un dvd/blu-ray, un jeu vidéo. Ça désigne aussi les consoles de jeu vidéo portatives et les tablettes. Ça désigne les téléphones et les ordinateurs. 

L’utilisation des écrans fait polémique dans notre société. On a l’idée que les enfants passent beaucoup trop de temps devant un écran, à les en rendre idiots. Mais c’est surtout que les écrans créent un retard de développement. En effet, pour se développer, découvrir le monde, apprendre…, il vaut mieux expérimenter soi-même, manipuler des objets (je pense aux cubes pour les bébés), dessiner, courir, jouer que le faire via un écran. 

Les écrans créent également une dépendance. La vie est tellement plus simple devant un écran ! Il n’y a pas de problème quand on regarde un dessin animé, il n’y a pas besoin d’attendre quand on joue sur un téléphone…

Il y a la « télé nounou ». Le principe est simple : on les met devant la télé pour avoir la paix. Et ça fonctionne bien pour un temps plus ou moins long selon l’âge de l’enfant. Par contre, si on met nos enfants devant la télé sans limite de façon exceptionnelle quand on doit télé-travailler, bricoler, quand on est malade, ça me parait tout à fait acceptable. On a un moyen simple d’avoir la paix, utilisons-le ! 

Quelle est la consommation acceptable d’écran pour les enfants ?

Je vais pour cela m’appuyer sur les balises du Docteur Serge Tisseron qui a crée la règle « 3-6-9-12, apprivoiser les écrans et grandir ».

Vous avez dû voir cette affichette un peu partout car elle a été reprise par l’AFPA (Association Française des Pédiatres en Ambulatoire). Elle est dans toutes les salles d’attente des pédiatres, dans les écoles, les hôpitaux, les crèches, les relais d’assistantes maternelles, bref, dans tous les lieux qui accueillent des enfants… Cette règle est simple et facile d’accès. 

Je vais vous la résumer ici grossièrement mais vous trouverez, dans les notes de cet épisode, le lien pour les consulter en intégralité. 

  • Pas d’écran avant 3 ans : Privilégiez les jeux traditionnels et les livres, à la télévision et aux DVD. Laissez à votre enfant le temps de sennuyer pour imaginer ses prochains jeux. Vous pouvez jouer à la tablette avec lui, mais toujours à deux et pendant une période de temps limitée.
  • Pas de console de jeu personnelle avant 6 ans : Fixez des règles claires sur le temps consacré aux différents écrans. Veillez à respecter les âges indiqués pour les programmes. La tablette, la télévision et lordinateur, cest toujours dans le salon et jamais seul dans la chambre.
  • Pas d’internet non accompagné avant 9 ans : Fixez, dès le début, des règles claires sur le temps d’écran, et parlez avec lui/elle de ce quil/elle y voit et fait. La tablette, la télévision et lordinateur, cest toujours dans le salon, pas dans la chambre. Paramétrez la console de jeux et les contrôles parentaux. Parlez à votre enfant du droit à lintimité, du droit à limage, et des 3 principes dInternet :1) Tout ce que lon y met peut tomber dans le domaine public ; 2) Tout ce que lon y met y restera éternellement ; 3) Il ne faut pas croire tout ce que lon y trouve. 
  • Pas de réseaux sociaux avant 12 ans : Déterminez avec votre enfant l’âge à partir duquel il aura son premier téléphone portable. Il a le droit daller sur Internet, à vous de décider si cest seul ou accompagné, et le temps qu’il y consacre. Parlez avec lui de ce quil y voit et fait en lui rappelant toujours les 3 principes dInternet. »


Ce message dit également qu’avant 9 ans, les écrans c’est dans le salon et pas dans la chambre des enfants. 

Je ne peux que vous encourager à suivre ces règles. 

Je vais rajouter à cela que les écrans le matin avant l’école sont fortement déconseillés car l’enfant est ensuite moins disponible pour les apprentissages qu’il va faire. 

Après, comme toujours dans la boîte à outils des parents, on reste réfléchi et rationnel. On ne va pas culpabiliser outre-mesure, on ne va pas culpabiliser du tout d’ailleurs. Ce n’est pas parce qu’on met notre enfant de 5 ans devant la télé toute une après-midi parce qu’il n’y a pas école et que l’on doit travailler qu’il va forcément avoir un retard de développement. Ce n’est pas parce que la petite soeur de moins de trois ans regarde les dessins animés du matin avec les ainés qu’elle va avoir des problèmes de développement. Et ce n’est pas parce que vous avez adopté des pratiques non recommandées jusqu’ici que c’est trop tard. Je vous rappelle qu’on a tous le droit à l’erreur et qu’on a tous la capacité de changer. 

Quelles sont les conséquences d’une exposition trop importante aux écrans ?

C’est la répétition, le réflexe écran qui est à bannir. Je vais vous donner quelques exemples de réflexes écran pour illustrer mon propos : 

  • quand vous allez faire vos courses, vous mettez votre enfant dans le caddie et vous lui donnez votre smartphone pour qu’il s’occupe ;
  • vous allumez la télé dès que vous rentrez le soir et elle reste allumée non stop jusqu’à ce que vous alliez vous coucher ;
  • le matin, dès que l’enfant se lève, la télé est allumée sur les dessins animés et l’enfant petit-déjeune et s’habille devant. 

Tous ces exemples sont des pratiques à éviter. D’autant plus que si le même enfant fait tout cela, son temps d’écran total à la journée est beaucoup trop important. 

Je veux également absolument vous signaler que les petits enfants, je dirais avant 5 ans, ont un grand besoin de manipuler, d’essayer de faire des choses, de les rater et de réessayer jusqu’à ce qu’ils y arrivent, ils ont besoin d’expérimenter. Sinon, cela peut créer un retard de développement voire un trouble autistique. 

Un autre aspect que je souhaitais développer ici est que les enfants nous imitent, à cause des neurones miroirs. Je ferai un épisode dédié aux neurones miroirs pour vous en dire un peu plus. C’est leur premier canal d’apprentissage. Ils nous imitent quand on pousse la poussette, quand on fait à manger, quand on fait le ménage, quand on fait du sport ou de la musique et ils nous imitent aussi quand nous sommes devant un écran. Ils se disent que si papa/maman passe du temps devant, ça doit bien être intéressant ! Donc commençons par donner l’exemple que nous voulons qu’ils suivent en limitant notre temps d’écran. 

Je crois que le rapport que l’on a avec les écrans est propre à  chacun. Par exemple, je me considère comme étant très peu écran. Je n’ai jamais eu de télé dans ma chambre étant petite et même aujourd’hui, je la regarde peu. Je regarde des films et des séries mais pas la télé en tant que telle. Je suis sur les réseaux sociaux uniquement pour mon activité professionnelle. Par contre, je passe ma journée devant un écran d’ordinateur et lors de mon temps libre, j’ai souvent le réflexe téléphone pour regarder la météo, mes mails, discuter avec une copine sur WhatsApp, prendre une photo… Bon, si je veux être honnête, il y a toujours une bonne raison pour prendre son téléphone. D’autant plus depuis que j’utilise les réseaux sociaux à des fins professionnelles.

La télé est allumée uniquement quand on la regarde et jamais en bruit de fond. Si je veux un bruit de fond, je préfère la musique. Mais je sais que c’est très personnel et je ne vous l’impose absolument pas. Je veux juste vous donner un exemple de quelqu’un qui, hors activités professionnelles, passe relativement peu de temps devant un écran. Pour le réflexe téléphone, j’ai bien conscience que, du coup, quand je suis sur mon téléphone, je ne suis pas avec mes enfants (car je fais ça quand il n’y a que mes enfants à côté) et je trouve que c’est du temps de perdu avec eux donc j’essaye de me discipliner en posant mon téléphone dans une autre pièce par exemple. Mais, je me fais souvent rattraper par la patrouille car mes enfants vont me demander le téléphone pour regarder la météo, mettre de la musique, avoir la lampe torche… 

Ce que je vous propose pour clore cet épisode et ce sujet des écrans est de réfléchir d’abord à votre façon d’utiliser les écrans, à ce qu’ils vous apportent, à quelle fréquence vous les utilisez, devant vos enfants ou pas. Et ensuite à réfléchir à ce que vous voulez pour vos enfants. Selon l’âge de l’enfant mais en réalité, même s’ils sont très jeunes, vous pourrez en discuter avec eux en leur posant les mêmes questions (adaptées à l’âge de l’enfant). Vous pourrez ainsi définir ensemble les règles et les exceptions. 

Je vais de nouveau vous donner mon exemple, pas pour que je me sente supérieure mais pour vous donner un exemple de ce qu’il est possible de faire. Nous avons décidé avec mon conjoint de ne plus laisser regarder la télé à notre enfant les jours d’école. Nous lui avons expliqué et nous lui avons demandé ce qu’il en pensait. Nous lui avons dit, qu’à la place, il pourrait jouer tout seul ou avec sa soeur, dessiner, ou même jouer avec papa ou maman selon notre disponibilité. Il a été d’accord. Et nous lui avons demandé pour les jours sans école, qu’est-ce qu’il en pensait. Est-ce qu’il préférait regarder plus la télé le matin ou l’après-midi ? Résultat, après discussion, négociation et tractations, nous sommes arrivés à la règle selon laquelle mes enfants auraient le droit à 30 minutes d’écran le matin après le petit déjeuner et 1h l’après-midi des jours sans école, lorsque nous sommes seuls à la maison. Il peut regarder la télé, un dvd, jouer à la tablette (à certains jeux définis) ou à la console (uniquement à son jeu). Un adulte resterait à côté de lui pendant tout ce temps, alors pas forcément  juste à côté mais pas loin. Lorsqu’il allume l’écran, nous lui rappelons qu’il a le droit jusqu’à telle heure et quand c’est l’heure, nous ne coupons pas directement, à la minute près (sinon c’est la crise assurée), nous lui laissons finir son épisode ou sa partie. 

Nous avons recopié ces règles sur une feuille affichée dans le salon (j’avoue que pour la déco, on repassera…).

Je ne vous dis pas que c’est sans accroche, que notre fils obéit tout le temps, qu’il éteint la télé quand on lui demande avec un grand sourire mais je trouve que ça fonctionne plutôt bien. Lorsqu’il refuse, on lui lit, la règle, c’est la règle et il n’y a pas de discussion. 

Une fois les écrans éteints, l’après-midi surtout, il faut l’occuper alors mon conjoint ou moi faisons un jeu ou une activité avec lui, pour l’aider à se déconnecter. 


Et les jours où la maîtresse est absente ou le parent qui est là est malade ou tout autre évènement exceptionnel qui requiert que nous ayons la paix et que les enfants s’occupent tous seuls sans nous déranger, eh bien, c’est happy hour de télé ou divers écrans d’ailleurs. C’est assez rare. Ça nous rend service sur le moment. Pourquoi s’en priver ? Je fais une comparaison avec la prise d’antalgique. Prendre un Doliprane à tout va, peut-être pas. Mais pourquoi s’en priver quand nous en avons besoin ? 

Je pense que le tout est de rester mesuré.e dans l’utilisation des écrans, raisonnable et surtout avoir une consommation d’écran qui soit consciente. 

crier sur ses enfants

Les cris emplissent la maison et provoquent une mauvaise ambiance ? 

Ce n’est pas une fatalité !

Les règles pour arrêter de crier, picto avec un adulte qui crie sur un enfant

En suivant les 5 règles que j’ai regroupées dans ce guide gratuit, votre famille va retrouver calme et sérénité avec facilité.