Episode 90 — N’obligez pas votre enfant à être poli !

Au moment de la publication de cet épisode, les fêtes de Noël approchent. Peut-être les fêterez-vous ou pas, en tout cas, les fêtes de famille sont un moment propice pour tester la politesse des enfants. J’ai d’ailleurs consacré un épisode entier à la survie aux fêtes de famille. C’est l’épisode 75 que je vous recommande d’écouter ou de ré-écouter pour être sûr de passer de bons moments en famille. 

C’est un moment pendant lequel on va demander à nos enfants de dire bonjour, de répondre aux questions, de dire merci, s’il te plaît, au revoir…

Et tous les regards vont être braqués sur notre enfant : est-ce qu’il va dire la chose qu’il doit dire ?

Si oui, nous aurons l’approbation de tous, comme si notre enfant était bien dressé et qu’on pourrait en faire quelque chose plus tard. 

Si au contraire, notre enfant reste muet, c’est qu’il est forcément mal élevé, qu’on est de mauvais parents parce qu’on n’a pas appris la discipline à notre enfant et qu’il n’y a pas d’espoir pour son futur. On peut éventuellement redresser la barre si on réprimande notre enfant devant tout le monde. 

Et puis, certaines personnes pourraient dire « puisqu’il ne me dit pas stp / merci / puisqu’il ne m’a pas dit bonjour, eh bien, je ne lui donnerai pas de bonbons, une friandise (ou quoi que ce soit d’autre) ». 

Il y a un gros enjeu à être poli ! C’est signe de respect, d’habilités sociales, de conformisme. Pour certaines personnes, c’est vraiment très important pour elles. Ça ne l’est pas pour moi, je passe outre la politesse, et je suis toujours étonnée de voir à quel point la politesse peut être importante pour certaines personnes, au point de se mettre en colère et de se fâcher contre la personne.

Et, je dois dire que je trouve ça dommage parce que des personnes impolies, il y en a ! Il n’y a qu’à voir les affiches dans les hôpitaux prévenant contre les agressions de personnel soignant ou des secrétaires ! Ce que je veux dire c’est que oui, c’est mieux quand les personnes nous regardent dans les yeux avec un grand sourire pour nous saluer, c’est du savoir-vivre élémentaire, mais si ce n’est pas le cas, c’est dommage d’en vouloir à la personne, de ne pas faire de lien avec elle et de passer une mauvaise journée si on est victime de malpoli.e.s ! 

La politesse, comme beaucoup d’autres choses, est très personnelle. Nous n’avons pas tous et toutes les mêmes standards, les mêmes attentes, les mêmes exigences, la même sensibilité… La politesse peut être une valeur que nous ont transmis nos éducateurs ou pas…

Le monde qui nous entoure est multiple et les cultures sont différentes ce qui joue beaucoup sur la politesse. Au Japon, par exemple, la politesse est, je pense, à son maximum ! Ce n’est pas un jugement, c’est une constatation qui sert mon propos dans le sens où la politesse est une norme sociale qui peut être différente pour chacun. C’est cette différence qui peut être mal comprise, mal interprétée. 

enfant poli

J’en reviens aux enfants. Ma philosophie dans le coaching et le podcast est de considérer les enfants comme des personnes à part entière qui sont capables de tout comprendre et qui ont besoin d’être accompagnés dans la découverte de la vie. Et dans la vie, la norme sociale, en France, veut que nous soyons poli.e.s et courtois.e.s avec les autres.

Alors pourquoi accepter des enfants un manque de politesse ? 

Je pense que tous les parents éduquent leurs enfants à être poli.e.s, ils apprennent à leurs enfants les règles de politesse quel que soit leur niveau d’importance pour eux. Donc les enfants savent qu’on dit bonjour, stp, merci, au revoir… D’ailleurs, les enfants voient leurs parents le faire avec les autres et c’est d’ailleurs ainsi qu’ils apprennent le plus. En voyant les autres faire, les neurones miroirs s’activent et enregistrent l’action comme étant faite par la personne qui regarde. 

Donc tous les enfants connaissent les règles de politesse attendues. Et pourtant, voilà que quand on leur dit bonjour, ils ne répondent pas, ils se cachent derrière ce qu’ils trouvent, parfois les jambes de leurs parents, comme des bêtes apeurées. 

Et c’est justement parce qu’ils ont peur qu’on accepte d’eux un manque de politesse. La peur peut avoir une intensité différente qui peut aller de la terreur à être simplement mal à l’aise. Vous pouvez d’ailleurs retrouver toutes les subtilités de chaque émotion dans la liste des émotions que vous pouvez télécharger gratuitement sur mon site internet. On parle également de timidité qui est, je pense, plus complexe que la peur mais qui concerne beaucoup d’enfants. 

Il faut se mettre à la place des enfants, surtout les tout-petits, qui sont dominés par les adultes, des adultes qu’ils ne connaissent pas forcément en plus. Ils ont une appréhension, veulent observer notamment le comportement de leurs parents avec ces adultes avant de se sentir mieux. Il faut qu’un lien de confiance se soit établi avec les adultes pour que l’enfant accepte d’interagir avec lui. Ce lien de confiance peut être long à se mettre en place et rapide à disparaître… 

La deuxième raison pour laquelle les enfants ne respectent pas les règles de politesse et plus particulièrement le « au revoir » est qu’ils n’ont pas envie de dire au revoir, ils n’ont pas envie de se séparer de la personne qu’ils vont quitter. La séparation est douloureuse, peut l’être jusqu’à un âge avancé, et ce qui symbolise cette séparation est le au revoir. 

C’est pour ces deux raisons principales qu’on tolère de nos enfants qu’ils ne respectent pas à la lettre les règles de politesse

La tolérance que l’on va avoir par rapport à nos enfants est également très personnelle. 

Comment réagir lorsqu’on reproche à nos enfants d’être impoli ? 

Alors, en général, les personnes pour qui la politesse est importante vont être assez impolies quand elles vont se sentir agressées par un manque de politesse. En tout cas, c’est ce que moi j’ai vécu et ce que mes coachées me rapportent également. Comme quoi, dire bonjour et merci ne fait pas tout ! 

Vous qui comprenez votre enfant, qui comprenez pourquoi il ne dit pas les mots de la politesse, je vous encourage à vous interposer, à défendre votre enfant et à expliquer à l’autre adulte pourquoi votre enfant n’est pas poli. Vous pouvez aller plus loin en expliquant, par exemple s’il s’agit d’un merci, que l’adulte n’est pas obligé de rendre service à votre enfant s’il n’accepte pas de le faire sans avoir de remerciements. Si l’adulte fait la tête à votre enfant parce qu’il n’a pas été poli avec lui, expliquez à l’adulte ce que traverse votre enfant, que ce n’est pas contre l’adulte en question mais que c’est plus profond que ça pour votre enfant

Si l’adulte ne comprend pas, reste braqué, tant pis pour lui. C’est dommage mais il n’y a pas grand chose d’autre à faire pour cet adulte. C’est sa responsabilité. Vous avez fait votre job en expliquant les sentiments de votre enfant et en proposant une solution alternative. C’est à l’adulte, qui a un lobe frontal complètement formé, qui est donc capable d’agir et de réagir avec raison, de s’adapter. 

Cela ne vous empêche en rien d’expliquer à votre enfant pourquoi les formules de politesse sont importantes, comment s’est senti l’adulte quand l’enfant a refusé de lui dire un mot de politesse, sûrement qu’il s’est senti non respecté, qu’il s’est senti blessé. 

enfant poli

Mais, en aucun cas, s’il vous plaît, n’obligez votre enfant à dire ce qu’il n’a pas envie de dire ou ne punissez votre enfant pour ça. Ne l’obligez pas, devant quelqu’un qu’il connaît mal, en qui il n’a pas confiance, de dire les mots de la politesse. De façon générale, ne forcez jamais votre enfant à dire ou faire quelque chose. Pourquoi ? Je l’ai dit en début d’épisode : les enfants sont des personnes à part entière capables de tout comprendre et en demande d’accompagnement dans la découverte de la vie. 

Donc les enfants comprennent qu’il faut être poli, vous leur avez bien expliqué comment il fallait faire et à quoi ça servait, vous leur avez montré inlassablement. C’est bon, c’est acquis. Par contre, on ne demanderait jamais à un adulte de dire bonjour ou au revoir, on ne lui reprendrait pas son assiette parce qu’il n’a pas dit stp etc. Pour les adultes, c’est acquis, en quelque sorte. Certes, sûrement que les adultes le font la plupart du temps mais certainement pas à chaque fois. Alors pourquoi exigerions-nous des enfants qu’ils le fassent à chaque fois ? Comme si on avait un fusil braqué sur eux et qu’à la moindre incartade c’était fini. C’est manquer de compréhension et de tolérance envers les enfants. La compréhension et la tolérance sont aussi des valeurs que nous pouvons avoir. 

Et puis, et je terminerai sur ça, forcer un enfant, c’est une manière d’éduquer autoritaire et c’est mettre l’enfant dans un schéma de fais plaisir. C’est un message contraignant dont je parle dans l’épisode 31 qui annihile complètement ses propres envies, ses propres désirs, ses émotions. Il n’aura pas confiance en lui. Ce n’est pas un bon départ dans la vie que d’être étouffé ainsi. Donc ne forcez pas vos enfants à être poli


Cet épisode fait partie du parcours d’écoute consacré aux situations quotidiennes, tout comme les épisodes suivants :


Discutons ensemble des difficultés que vous rencontrez lors d’un premier échange gratuit !

coach parental