fbpx

Episode 47 – La rentrée scolaire

Je vous retrouve après ces mois d’été, pendant lesquels, j’espère, vous avez passé de bons moments en famille. Et après, l’été, vient la rentrée ! 

La rentrée des classes est un évènement que l’on aime ou pas. Soit il y a de l’excitation, soit il y a du stress. Il peut aussi y avoir de l’émotion ! La rentrée, c’est une étape, je trouve. On voit notre enfant grandir d’un coup. Surtout s’il rentre en petite section de maternelle, donc à l’école pour la première fois ou en CP, en 6ème… Dans ces cas-là, l’enfant va être livré à lui-même pendant un certain laps de temps dans un environnement avec lequel il n’est pas familier, la plupart du temps. 

Dans cet épisode, je vais vous parler de rentrée scolaire en maternelle ou primaire puisque ce podcast s’adresse aux parents d’enfants de 0 à 12 ans. 

La première rentrée scolaire

Si c’est la première rentrée scolaire de votre enfant, donc en petite section, il faut vraiment l’aider à se projeter. Plus il visualisera l’environnement dans lequel il va être, mieux ça sera. Il faut aussi lui expliquer le plus possible ce qu’est l’école : le fait de se retrouver avec d’autres enfants, le rôle de la maitresse et de l’ATSEM, le rythme que l’enfant va avoir… 

Plus vous allez rassurer votre enfant, plus vous allez lui expliquer, mieux ça sera. 

Mais, n’en faites pas trop tout de même ! Ne lui dites pas qu’il va s’amuser comme un fou, que ça va être génial, qu’il va se faire plein de nouveaux copains et copines… Parce que, ça ne sera pas forcément comme ça. Il y a d’ailleurs plus de chance pour que ça ne se passe pas du tout comme ça et que l’enfant rencontre des difficultés, quelles qu’elles soient… Si vous en faites des tonnes, l’enfant va s’imaginer ce que vous lui dites et risque d’être hyper déçu face à la réalité…

La première rentrée est accompagnée d’une charge émotionnelle élevée ! Vous imaginez : votre enfant de 3 ans, ou pas encore, va devoir aller dans une salle, dans laquelle il n’a jamais été, avec des adultes qu’il aura peut-être vus rapidement mais que, globalement, il ne connait pas, avec d’autres enfants, qu’il ne connait sûrement pas non plus et qui pleurent peut-être… C’est hyper compliqué pour eux ! Ils n’ont aucun repère ! Ils doivent prendre sur eux parce qu’on leur demande et c’est beaucoup, beaucoup leur demander ! 

Je vous explique ça pour que vous vous mettiez un peu à leur place et que vous puissiez plus facilement comprendre quelles angoisses vos petits écoliers peuvent avoir. 

Si votre enfant pleure, ce peut être parce qu’il a peur, parce qu’il ne veut pas se séparer de vous, parce qu’il ne veut pas rester à l’école ou parce qu’il voit d’autres enfants pleurer. C’est tellement fréquent qu’on appelle ça les pleurs contagieux. Ça peut paraitre surprenant mais imaginez un peu : vous rentrez dans une salle que vous ne connaissez pas, avec des adultes et des enfants que vous ne connaissez pas et certains de ces derniers hurlent. Forcément, l’ambiance est anxiogène et les pleurs viennent facilement puisque si les enfants pleurent, c’est qu’il y a une raison non ? Même s’ils ne connaissent pas cette raison, les autres enfants peuvent se faire contaminer par la détresse de ceux qui pleurent et pleurer à leur tour…

Comprenez votre enfant !

Bon, admettons que votre enfant a passé son premier jour d’école, le lendemain ou quelques jours après, il ne veut plus y aller. Si vous lui dites « mais non, l’école c’est génial ! », ça ne fonctionnera pas. Non, l’école, ce n’est pas génial. Si votre enfant trouvait ça génial, il voudrait y aller encore ! 

A la place, essayez de comprendre pourquoi, de mettre des mots dessus et essayez de trouver des solutions appropriées. Si c’est parce qu’il a un problème dans la cour, à la cantine, lors de la sieste… vous pourrez l’aider à trouver une solution en en discutant aussi avec le maitre ou la maitresse.

L’idée est également d’accueillir les émotions de notre enfant. Pour cela, je vous invite à écouter ou réécouter l’épisode 4 du podcast « l’accueil des émotions ». Accueillir les émotions de votre enfant   va vous permettre de mieux le comprendre et de mieux l’aider, et ce même si les émotions ressenties par notre enfant ne nous font pas plaisir. Parce que nous aimerions tous que notre enfant ressente exactement les émotions qu’il devrait ressentir dans telle ou telle situation. 

Après, en termes d’organisation, je trouve que c’est mieux si ce jour-là particulièrement, nous préparons les vêtements et autres affaires la veille au soir, dont il aura besoin le lendemain. Ça évitera des coups de stress le matin du jour J. 

N’oubliez pas l’objet transitionnel, c’est-à-dire le doudou ou peu importe comment vous l’appelez. Il peut être vraiment important ce matin-là ! 

La séparation peut s’avérer compliquée donc ne la faites pas durer. Faites confiance à la maitresse ou au maitre et à l’ATSEM pour gérer votre enfant. Je sais que dans certains cas, ça peut s’avérer difficile mais plus la séparation dure, plus elle est difficile. C’est un peu comme enlever un pansement : il faut faire preuve de courage pour tirer d’un coup sec mais en une ou deux secondes, c’est fini.

Les autres rentrées scolaires

Je veux vous parler maintenant d’une rentrée dans une autre classe qui est une étape également, c’est la rentrée en CP. Là, l’enfant sait déjà ce que c’est l’école, la collectivité, les maitres et maitresses, les copains et copines. Mais, jusqu’alors, il jouait, il dessinait, il pouvait bouger beaucoup. Tout ça lui permettait d’apprendre évidemment. Mais là, il va devoir rester assis, avoir des cahiers et des crayons, se taire sauf quand il a la parole. En bref, il va devoir travailler ! 

De plus, il va être le plus petit de l’école, avec tous ses camarades de CP j’entends, alors qu’avant, il était le plus grand. Et les CM2 ont 5 ans de plus que lui. Ça fait beaucoup à cet âge ! 

Il va devoir gérer son matériel et ramener sa trousse complète à la maison ! 

Mon fils est rentré dans une école avec beaucoup de classes, donc beaucoup d’enfants et un établissement grand. Ça peut aussi être source d’anxiété. 

Pour les rentrées dans les autres niveaux, les choses sont un peu différentes parce que l’enfant connait déjà son environnement. Ça peut être bien s’il aime l’école, s’il est à l’aise. Mais, ça peut avoir l’effet inverse si l’enfant n’a pas aimé son année scolaire précédente. Dans ce cas, vraiment, essayez de comprendre pourquoi, mais vraiment ! Il peut vous donner une raison à laquelle vous n’auriez jamais pensé et donc  sur laquelle vous n’auriez jamais agi. 

Il peut y avoir le cas de la déconvenue de ne pas trouver ses copains ou ses copines dans sa classe ou de ne pas aimer sa maîtresse. Ce sont des petites déceptions qui peuvent prendre de grandes proportions pour votre enfant. Encore une fois, essayez de le comprendre, mettez des mots dessus, élaborez des solutions avec votre enfant et surtout, surtout, accueillez ses émotions ! 

crier sur ses enfants

Les cris emplissent la maison et provoquent une mauvaise ambiance ? 

Ce n’est pas une fatalité !

Les règles pour arrêter de crier, picto avec un adulte qui crie sur un enfant

En suivant les 5 règles que j’ai regroupées dans ce guide gratuit, votre famille va retrouver calme et sérénité avec facilité.